Les silex moustériens de Saint-rimault

Par M.  HEMERY, Compiègne  (Oise) .

 

 

Au printemps de l'année 1916, la 158e Division d’infanterie organisait en arrière du front de la Somme une importante ligne de défenses, entre Clermont et Abbeville-Saint-Lucien (Oise). En quelques semaines, des réseaux de fils barbelés s'étendirent à travers la plaine comme de monstrueux reptiles ; des abris profonds pour l'infanterie furent creusés, des emplacements de batteries et des case­ mates à munitions furent rapidement édifiés. Mon bataillon cantonnant à Saint -Rimault, hameau dépendant du modeste village d'Essuiles (canton de Saint-Just-en-Chaussée) nous eûmes à organiser la ligne de défense près de Saint-Rimault, entre la ferme de la Tour et la bourgade de Bulles.

 

Les abris profonds d'infanterie qui furent alors creusés près du bois Choquereau, au lieu-dit le chemin de Fay (Cadastre section D) me permirent de découvrir à 1m80 de profondeur, des silex taillés à faciès moustérien. Cette trouvaille fut   signalée la même année à la S .P.F, - Séance   du  23 juin 1916, -et le bulletin  de notre  société y consacra  quelques  lignes. ( Bull . S. P. F. 1916, p . 291, T. XI II). Il était nécessaire de s'étendre un peu plus longuement sur cette découverte   intéressante.

 

La stratigraphie du terrain à cet endroit donne :

 

Terre arable : 1,40 m

Argile   brun-rouge : 1,50 m

Banc de rognons de silex de l'argile : 0,40 m

Craie   de   l’étage Sénonien  : x

 

C'est à la base de la couche argileuse, et au-dessus du banc de silex que je recueillis bien en place les silex taillés qui font l'objet de la présente communication et dont voici la liste :

 

I. Deux pointes retouchées seulement sur une face (Fig. 1 et 2) et que je  crois  avoir  été  des armatures de lances.

II. Un   éclat   triangulaire ( Fig . 3)  peut-être   utilisé comme   pointe de javelot  (?).

III. Un racloir typique de l'industrie moustérien ne de 0 m135 de longueur, formé par un éclat de débitage d'un bloc de silex et qui a conservé une partie de son cortex  ( Fig . 4) .

IV. Un tranchet busqué, retouché sur une seule face.

V. Une  lame  épaisse  triangulaire,  présentant  quelques  retouches d'utilisation ( racloir  grossier)  ? Cet outillage est en silex pyromaque fortement patiné et doit être classé dans le moustérien ancien (1).

 

(1) Je possède dans ma collection préhistorique un coup-de-poing acheuléen très évolué, qui me fut offert par un ouvrier  du  pays.  Je ne connais pas  le lieu exact de sa trou vaille sur le territoire de Saint-Rimault, mais il  pourrait provenir du même gisement.

 

Il m'a  été impossible  de  délimiter  le  gisement  de  Saint-Rimault, qui ne doit occuper  qu'une faible  partie  de la terrasse supérieure, - côte  125 -située à  droite  de  la   vallée   de  la  Brêche,  petite  rivière qui coule à  1500 mètres  à  l'est de ce village,  car toutes  mes  recherches faites en 1916 dans les terrassements  de la  ligne de défense  au N-0 de la ferme  de  la Tour et  sur le territoire   de  la  commune  de Bulles,  ne  me permirent  pas  de constater la  présence  de  silex  taillés de la couche  argileuse. Nous devons regretter que les travaux effectués au lieu-dit le chemin de Fay n'aient pas été plus considérables, car  nous aurions pu ainsi nous rendre compte de l'importance de ce gisement au point de vue de l'outillage moustérien ; nous y aurions fait certainement une  fructueuse récolte.

 

Hémery M. Silex moustériens de Saint-Rimault (Oise). In: Bulletin de la Société préhistorique de France, tome 19, n°5, 1922. pp. 114-116;

Saint-Rimault.fr  2016-2017   Tous droits réservés