Mr Fernand BATICLE, un maire visionnaire.

 

 

Cette année nous rendons hommage à Mr Baticle, maire d’Essuiles Saint-Rimault (de 1945 à 1977), pour les 40 ans de sa disparition.

 

Né en 1901 à Abbeville-saint-Lucien dans l’Oise d’un père instituteur, il est encore trop jeune pour participer à la 1er guerre mondiale ; trois ans plus tard en 1921, il fait son service militaire en tant que conducteur de char (Char le nain jaune) dans le 507ème régiment de chars de combat. (Le colonel De Gaulle est affecté au 507ème en 1937 !). Il se marie le 7 juin 1926 avec Marie Gaudet (né en 1900 à Oneux) qui deviendra Mme Baticle et auront un fils unique André (né en 1927). Il s’installe à Saint-Rimault en 1926 dans l’ancienne ferme Pillon (en face la mairie). Il est cultivateur. En 1939, la guerre est déclarée. Il est mobilisé et fait prisonnier. Pendant ce temps-là, en Juin 1940, Saint-Rimault se vide, c’est l’exode. Mme Baticle et son fils partent sur les routes, direction Paris, avec cheval et bagages, le 29 Juin 1940, arrivé à St-Denis, leur fils est assassiné par un soldat nazi. De retour d’exode, la plupart des maisons ont été visité, pillé et pas forcément par les allemands.... Le cœur des Baticle est meurtri.

Durant l’occupation, Mr & Mme Baticle cachent un jeune homme du nom de René Duvauchelle. Il est recherché par les allemands pour le service obligatoire. Son nom d’emprunt est Pierre Besson, il travaille dans la journée à la ferme Declercq (actuellement la ferme Mathys, ferme du château - Il y restera près d’un an et demi). Un jour, une lettre adressée à la Kommandantur par une personne du village arrive entre les mains du facteur René Wattellier, il a le courage et la présence d’esprit de l’ouvrir : c’est une lettre qui révèle la véritable identité de Pierre Besson et aussi que Mr & Mme Baticle le cachent depuis des mois dans leur maison. La lettre n’arrivera jamais. Sans l’intervention de René Wattellier, ils auraient été emprisonnés ou fusillés. Un autre héros du village.

En 1945, la guerre est finie, Mr le maire Jules Souty termine son mandat. Mr Baticle se présente alors et est élu ; il commence son 1er mandat. La France doit se reconstruire.  Mr Baticle, Maire d’Essuiles Saint-Rimault va se révéler être un homme visionnaire et un homme d’action.

Ci-dessus Mr Baticle, Mr Duvauchelle, Mme Baticle

Les syndicats

Dans les années 50, aucune commune n’avait l’eau courante (à l’époque il fallait aller la chercher dans les nombreux puits de la commune), c’est alors que Mr Baticle décide d’entreprendre un projet ambitieux, doter sa commune d’eau courante ! Mais pour cela il faut d’abord rassembler autour de soi. Avec beaucoup d’énergie et de patience, il va réussir à convaincre les maires des autres communes de s’associer pour créer un syndicat des eaux. C’est à ce moment-là qu’il forme le syndicat des eaux officiellement en 1952 (démarré en 1951). Il regroupe : Le Plessier-sur-bulles, Mesnil sur bulle, Fournival, Le Quesnel-Aubry, Essuiles, Rémérangles. Le siège social est à Essuiles. En 1954, toutes ces communes ont l’eau courante. Le puit est situé à Essuiles (à gauche du cimetière), et il y a 3 châteaux d’eau (St-Rimault, Plessier, Fournival). Le château d’eau de St-Rimault alimente Rémérangles, Essuiles. Celui du Plessier alimente Mesnil sur bulle, Le Quesnel-Aubry. Celui de Fournival alimente que Fournival.

Certaines autres communes de l’Oise durent attendre au moins 10 ans pour en bénéficier à leur tour. Mr Baticle fut président du syndicat des eaux de 1952 à 1977, il gérait tous les aspects administratifs et technique. S’il y avait par exemple un tuyau qui cassait (les habitants à ce moment-là étaient privés d’eau), il faisait appel à son bras droit Mr Dupont Fernand qui recreusait et faisait le nécessaire pour engager les réparations. On ne s’en rend pas bien compte maintenant mais c’était un travail de titan.

 

            Il fut aussi Président du syndicat scolaire de Bresles, ce syndicat se réunissait pour s’occuper du budget, des travaux ou du collège à construire (dans les années 60, le collège était fait de baraquement).

 

            Il forma le syndicat scolaire (regroupement scolaire) pour créer une école primaire entre les communes de Essuiles, St-Rimault, Fay-st-Quentin, Rémérangles. Le chemin du bois de Choquereau entre Saint-Rimault et le Fay étant en terre et pas très large, il le déclassa pour que le département l’élargisse et le goudronne facilitant ainsi le trajet des élèves. Le siège social fut placé au Fay-st-Quentin.

 

       Il était président, trésorier, secrétaire de la société de chasse. Il a instauré une réserve de chasse pour qu’il y ait toujours du gibier. Il usait de son influence pour convaincre les agriculteurs pour qu’ils laissent leur terre libre (1354 ha) et que tout le monde profite de la chasse car à l’époque dans chaque foyer il y avait un chasseur. La chasse était une aide non négligeable pour vivre contrairement à maintenant où s’est devenu un loisir. (Les seules chasses réservées étaient celle du châtelain, de la ferme de la tour, la ferme de Mme de Menou - Josselin maintenant - à Coiseaux).

 

          Il fut pompier et a reçu tout au long de sa vie de nombreuses décorations.

ci-dessus Repas de la sainte barbe au café Wattellier (Mr Baticle au milieu à coté de Mme Wattellier qui le sert ; A gauche au premier rang Mr Dupont Fernand - fontainier, responsable technique de l'eau à Essuiles St-rimault).

La mairie

 

Après la guerre la commune avait besoin d’entretien, puisque pendant l’occupation peu de chose avait été faite. Il y avait très peu d’argent dans les caisses, la gestion de la mairie dut être un vrai casse-tête. Malgré cela Il rénova la couverture de la mairie, de l’église, les écoles, les logements, les chemins terres (d’Essuiles à Coiseaux, de la ferme de la tour à Saint-Rimault). Il créa le monument aux morts en 1947.

 

Il réalisa en 1951 le 1er remembrement (qui consiste à regrouper plusieurs petites pièces de terres en une grande) permettant en autres d’optimiser, de simplifier le travail de l’agriculteur. Il décida de le faire administrativement pour être le plus juste possible (par exemple : la qualité de la terre n’étant pas la même par tout : une personne ayant une terre de premier choix en aura moins quantitativement qu’une personne ayant une terre de qualité moyenne). Tout le remembrement figurera sur le cadastre.

 

Mr Baticle était un maire à plein temps, malgré qu’il existât un secrétaire de mairie, il recevait en dehors des permanences, les habitants chez lui pour régler les problèmes au quotidien. (On pouvait apporter chez lui les papiers nécessaires pour faire sa carte d’identité !) et prenait la température des habitants chaque matin en allant boire un café avec son journal au café Wattellier. (C’était aussi le seul endroit où il y avait une cabine téléphonique !)

Il était épaulé par sa femme Mme Baticle. Elle occupait le rôle de secrétaire quand Mr Baticle était en déplacement, recevait les papiers administratifs, les demandes des habitants. Elle avait aussi un rôle d’infirmière du village, et passait dans les chaumières faire des piqures et prenait en charge la santé des nourrissons. On peut dire qu’elle a été la « mère » de nombreuses personnes dans le village.  En 1977, il se représente pour son dernier mandat malgré sa maladie. Combattant et homme d’action, il se bat jusqu’à son dernier souffle pour Essuiles Saint-Rimault. En novembre 1977 pour l’accompagner dans sa dernière demeure, des conseillers municipaux, membres des syndicats, des hauts gradés de l’armée en képi, Mme Baticle, et tous leurs enfants d’adoption sont présent pour lui rendre hommage une dernière fois.

 

Témoignages

 

“Mr Baticle avait l’esprit de l’avenir, il avait une vision moderne de la commune, il était innovant. C’était un pionnier de la commune. C’est indéniable. Sa fonction de maire était sa passion.”

                                                                                                                          Régis Flamand, Maire d’Essuiles St-Rimault (1977-2007)

 

 

“Quand Mr Baticle revint de la guerre il ne trouva plus que sa femme : son fils n’était plus là... quel désespoir. Il engagea mon père alors âgé de quinze ans pour l’aider dans ses taches de la ferme. Mr et M Baticle lui donnèrent gite et couvert à la ferme pendant des années jusqu’au jour où il se maria avec ma mère qui avait déjà trois enfants en 1956. Je passais beaucoup de temps chez eux, ma sœur Anne-Marie aussi, ils l’élevèrent comme leur fille [...]

                                                                                                                                                                       Jean-Yves Dupont de St-Rimault

 

 

“Mr & Mme Baticle, on ne les oubliera jamais, on ne peut pas les oublier”

                                                                                                                                                           René Duvauchelle (interviewé en 2015)

 

 

"J'ai passé mes vacances scolaires chez Marie qui était ma marraine, et Fernand que j'appelais Mon oncle. Pour moi ils étaient aimants, généreux, altruistes, des personnes remarquables comme il est très rare d'en rencontrer sur son chemin"

 

                                                                                                                                                                              Elisabeth Duvauchelle

 

“Je n’oublierai jamais Mr & Mme Baticle, tous deux m’ont transmis la connaissance et les vraies valeurs ”

 

                                                                                                                                                 Anne-Marie Dupont de Mont-st-Aignan (76)

 

 

“Mr Baticle c’était un homme, un vrai [...] y’en a plus des comme ça. ”

                                                                                                                                                                                    Madame M. de St-Rimault

 

 

“Père Baticle, c’était quelqu’un qui était dévoué à sa commune, il ne vivait que pour sa commune et par sa commune. C’était sa vie. Quelqu’un de droit, de juste et de visionnaire. Il connaissait sa commune. Il savait faire la part des choses, faire des compromis pour que ça passe. C’est une personne dont le souvenir ne doit pas être effacé. On a eu la chance de l’avoir comme maire.”

                                                                                                                                                                                   Monsieur B. de St-Rimault

 

 

 

Saint-Rimault.fr  2016-2017   Tous droits réservés