Végétation

Le règne végétal et animal a lui aussi sa particularité ; Les auteurs qui ont étudié la commune sont unanimes : la végétation forestière qui couvrait encore une bonne partie de la commune au milieu du XIX ème siècle a considérablement diminué à  l'heure actuelle.

 

Les espèces les plus répandues sur notre territoire étaient le chêne, le charme, le coudrier, le bouleau, l'orme, puis en moins grande quantité le hêtre, le frêne le tilleul, l'érable et le peuplier. Au niveau de la flore citons l'Ulex Europeus {ajonc) dans le bois des bâtis près de St-Rimault (cf L. Graves) et le Junipérus à Hatton (genévrier).

 

Quelques changements aussi quant au règne animal puisqu’au début du XIX ème siècle, le passage de quelques loups isolés est signalé, que le blaireau abonde ainsi que la truite et les écrevisses.

 

Pour conclure, il nous faut parler de l’épine dorsale du village : la Brèche.

La Brèche ou Bria en latin pénètre le canton de Saint-Just par la limite septentrionale de notre commune qu'elle parcourt dans la direction générale nord-sud sur une longueur de 3320 mètres. A Coiseaux, une nouvelle source grossit ses eaux, passe au moulin de Becquerel et arrive ensuite au moulin d' Hatton par un canal qui a rectifié son ancien lit, elle pénètre enfin le canton de Clermont à  quelques mètres au dessous de ce moulin. Cette rivière a été à coup sur un élément déterminant pour la localisation de la vie et du village primitif.

Les fouilles archéologiques menées à Bulles, la découverte du cimetière Mérovingien, la datation de ce cimetière d'une part et la première trace écrite du nom Coiseaux (Cusault en 860) d’autre part, laissent à penser que dès l'époque mérovingienne puis carolingienne une vie intense gravitait autour de cet axe qu'était la rivière.

 

Le second élément de localisation est sans conteste la voie Romaine (aujourd'hui route nationale) allant de Beauvais vers les Flandres. A partir d'Hatton, on a abandonné le tracé de cette ancienne voie appelée aussi chaussée Brunehaut.

 

 

NB: Ce texte est extrait de la monographie de Dominique Villeroy "Monographie de la commune d'Essuiles St-Rimault" 1986

 

Saint-Rimault.fr  2016-2017   Tous droits réservés